Le fil à la main…

Les machines et les mains vieilles
les gestes immémoriaux défilent les faisceaux de cotons
Le métier est marionnettiste
Et le bois qui frappe, sec,
dans un bruit de poussière,
un orgue de matière.

Les vieilles Singer toute neuves
sous l’ombre tutélaire des démons de pierre
Madame, on te refais le même
En la moitié d’une heure
pour à peine quelques roupies.

La saccade des tisserands, de l’aiguille qui s’enfonce
Trépidantes sonorités pour donner des couleurs
à mes yeux éblouis.

Om sweet Om.


Posted in Non classé by with 15 comments.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *