Entre l’or et le brun – Burda Mai 1974

Entre l’or et le brun, contre l’heure indécise
qu’entre la brume basse!..
Elle caresse la terre trop chaude pour résister au soir,
Caresse l’œil à l’intérieur et les narines aussi
D’un pâle frisson et d’une odeur de nuage.

C’est l’expansion d’une mousse qui prolonge l’hiver
Le doux d’un linceul, indécis et de ouate,
Étouffe avec tendresse les sels du labour.

Et son aura lèche le silence animal,
Froisse le lait de sa langue aux flancs d’oiseaux innommés
qu’un seul coup d’aile supprime du fil des vignes mortes.

Mais le givre est un émail qui craque sous le bleu
Quelques pas, on hésite, un son mat, et l’air de Dominique A.


Et le froid se lézarde dans la pureté de nos sourires.

Tunique 6113 Burda mai 1974

Confectionnée et photographiée en automne dernier, je n’ai pas encore pu profiter de cette tunique vintage.
Le patron est parfait, ne présente aucune difficulté et les finitions intérieures sont toutes jolies. J’ai seulement supprimé les voilettes des épaules trop disgracieuses dans ce tissu.

Bon début de printemps à tous !

 


Posted in Couture, Hauts les coeurs and tagged by with 13 comments.

L’été Indien…

… c’était comme un film, un bollywood bien sur,
Les hurlements, les sifflets de joie, d’amour ou de peur à chacun des éclats du héros
Vivre à fond la séance en hindoustani et rire dans chacune des 480 langues de l’inde.
Frissons, déchainement – les enfants qui nous acclament à la sortie du cinéma – ébranlement.

L’automne s’approche maintenant et efface les traces de mon été indien.
Le regard dans les photos,
Le cœur se serre sur ces deux mois d’évidence
Y retourner!
Y retourner…

Alors, couper, couper les souvenirs, façonner sur le pas de ma porte le bonheur du voyage
Devant les volets de ma maison, rattraper un soupçon de mon Inde
Pour y vivre encore un peu,

Partir de ce patron, le cintrer d’avantage, pour un bustier très près du corps. Couper pour rendre asymétrique et faire les plis du palou. En voyant les photos, je me dis que je devrais coudre les plis entre eux pour qu’ils ne gonflent pas sur le côté droit.


 


Posted in Couture, Hauts les coeurs by with 31 comments.

Nouveau Monde.

Là –
au milieu de l’arène,
arythmie de colère au cœur qui défaille,
Blanche neige est perdue : c’est la fuite de l’enfance — et celle de l’innocence.

Là —
sans se souvenir
ni pourquoi ni comment
abasourdie…. Les trahisons ourdies par leurs incompétences
la trame fumeuse des faux puissants
qui l’agrippent de leurs griffes, arrachent un peu d’elle comme un passage de ronces.

Là —
Hagarde, égarée, se demande en pleurant
où a-t-elle fait l’erreur ? elle promise à un si bel avenir, où s’est-elle trompée ?
(Sa faute n’est qu’un reflet qui entache l’égo d’un autre…)

Là —
isolée,
Là — dans un grand cercle comme une
île

un grand cercle de lumière émergeant de l’hostile

Le conte nous dit alors que de ce noir naîtront la bienveillance et les rires
-ils se profilent déjà, timides encore, sous l’ombre tutélaire des arbres…
Dans l’enclave de la forêt, clarté protectrice, il faudra faire les choses belles et chasser les trésors pour égayer le monde.

Mais le conte oublie de dire
qu’en perdant son innocence, Blanche Neige s’érige comme une reine
bâti son empire, et construit dans son île de quoi accomplir
ses rêves et son indépendance.

Bientôt Blanche Neige saura reconnaître et déjouer les traîtrises,
Bientôt, enjôleuse, elle offrira la pomme éculée aux sorciers,
Innocemment.

Mais en attendant, la pomme qu’elle tend, croquons là ensemble,
à pleines dents,à pleine vie,
et pleins d’envies, de rires.

 

Fiche Technique

Modèle 2364 de chez SImplicity.
j’avais craqué en voyant le poste de Chez Clarisse.

Et bien sur, Bienvenue.

Photos: Y et E — Montage E

 


Posted in Couture, Hauts les coeurs and tagged by with 19 comments.

Sur la pointe des pieds

           Il y a dans chaque famille une de ces petites boites

           En plastique rose parfois, la sienne est en bois

          Enfant, elle me laissait libérer la ballerine

          qui s’envolait aussitôt — un tourbillon trop statique sur

          une ritournelle heurtée dont une note toujours vient un jour à manquer.

                 — quel air était-ce ? —


          La ballerine sans grâce sous mes yeux émerillionnés

          guettait alentour et veillait aux trésors familiers.

 

          Mais quand le noir tord le cou à la musique,

          que la boite se referme

          et d’un coup bref éteint les étincelles…

          je crois qu’elle est là en coulisse

          reposée et sereine, bienveillante en silence

          Si on pouvait ouvrir la boite en douce,

          un instant           regarder       audelà,

          on verrait son sourire

                             repoussant les terreurs

         puis son air de malice,               

                                                         dans la boite à musique.

(Photo Y et E — Montage E)


Cache-coeur Burda pour la belle Audrey, dans une maille toute douce, toute legère, fragile certainement.

Il m’est un peu grand, j’espère qu’il lui sera mieux ajusté.

Le texte,  pour Marie-Jeanne.


Posted in Hauts les coeurs and tagged , by with 40 comments.

La légereté du corail…

Les fourmis de Dali  l’arpente tout entière

Elles grouillent, reines ailées préparant le grand envol, ou simples ouvrières

 

                               Un jour, eux aussi sont partis — pourquoi —

                                                 les sacs de ciments, les portes s’éventent,

                                                                                                   et l’escalier se creuse.

                            Elle n’est même pas encore en ruine

                Elle semble attendre comme ce très vieux chien attaché au clou

aux aguets escontant les rires

                                  et les bruits des couverts, des verres qui tintent

                                                                                        dans l’ombre des glycines.

           Elle me regarde un peu lasse,

                       un peu d’espérance dans sa déliquessence.

                                          Je crois qu’elle voudrait que je l’apprivoise…

Idole ou pénate retrouvée dans la terre : un masque autrefois si vif 

grimace et recrache les fourmis de Dali



J’aimerai vivre ici, face à la vaste plaine

redorer les peintures, réouvrir les fenêtres..


Alors je viens parfois pour jouer avec elle,

jouer à l’inscouciante,


Tout en legereté, jongler avec des bulles ephémères


et s’envoler vers l’avenir.

(Photo Y, Montage E)

Blouse Simplicity modifiée ( ah les tailles américaines trop larges!)

Un petit pli sur l’encolure,

Une ceinture simple dans le même tissu.

Pour un défi JRAM Légéreté et un défi 13 Corail.

J’avais choisi le modèle pourle défi légéreté et la couleur a été une coïncidence.


(Dos)

 



Posted in Couture, Hauts les coeurs, Non classé and tagged , by with 50 comments.

Commentaires sur Un pirate à terre…

« Je la tiens votre fée clochette,
contre mon cœur, prisonnière
Déjà mes pousses d’ailes se poudrent d’étoiles
Et bientôt je saurai voler …
…et alors…

A moi mon navire,
mes pirates, mes ordures, mes trésors! »

Mais je suis Seul
débarqué naufragé en pleine terre,
Seul avec un crocorloge louche
qui rêve de partager ma couche
et de manger tout mon temps.

Seul dans le noir, avec les peurs enfantines, intestines
plus envie d’inventer des histoires,
de jouer aux playmobiles

Sur le seuil de ma porte, j’ai perdu l’air de rien et celui de ma ritournelle.

Sur le seuil de ma porte, la nuit se désagrège,

la poussière, le silence,

la sécheresse

.

Alors?

On patiente.
On attend le grand bal de nos effervescences.

(Des détails de la couture et l’histoire d’une débâcle -voir le post précédent)


Posted in Hauts les coeurs and tagged , , by with 25 comments.

Commentaires sur Dans l’attente d’une aile…







Détails d’une très vieille petite broderie main.


Posted in Hauts les coeurs and tagged , , , by with 30 comments.

Commentaires sur Pantomime — Haut volanté

EDIT DU 13 JUIN : ben voui, j’ai triché : ceci était pour J’ai rien à me mettre, froufrous.

mais le mois dernier, défi’13 a fermé la porte au nez, pour qq jours de retard, à ma veste rose dont j’étais si fière….

Alors voici un défi 1er mai de juin avec ce beau tissu dentelle comprise.

Mais bientôt, je le jure, il y aura le patron : et ça, c’est plus qu’un défi, c’est un challenge personnel!!


Posted in Hauts les coeurs and tagged , , , by with 50 comments.

Commentaires sur Et que glisse sans crainte les larmes de Mars.







Posted in Hauts les coeurs and tagged , , , by with 35 comments.

Commentaires sur – Végétale –


Posted in Hauts les coeurs and tagged , , by with 28 comments.